Arrivés à 15h00, nous avons pris un petit sandwich avant de rentrer dans le parc. Les parkings étaient pleins à craquer... nous n'avions jamais vu le parc aussi animé (faut dire que c'était la troisième fois qu'on y allait, et qu'on se débrouille toujours pour y aller un jour où l'on sera tranquille).

On commence la visite en n'oubliant pas de prendre deux paquets de pop corn pour les animaux... Là les singes nous font d'agréables cabrioles et le petit et sa maman ne cessent de nous attendrirent.

Gibbon qui se balance Maman avec son petit dans les bras







Arrivés au niveau du parc du château, il est déjà 16h30 et nous décidons de faire demi-tour vers l'entrée du parc pour éviter la foule qui partaient du spectacle d'oiseaux qui venait juste de se terminer et ainsi voir les expositions qui se trouvaient autour de l'école de nicolas Hulot.

Nous revoyons alors l'exposition de Laurent Ballesta que nous avions partiellement vu dans le jardin des remparts à Vannes. Sylvain reconnait même Laurent lorsqu'il passe près de nous tranquillement en train de se promener.

Expo photo laurent ballesta

Expo photo laurent ballesta

17H arrive avec le début du débat sur la biodiversité, animé par la journaliste Catherine Chabaud, avec entre autres comme interlocuteurs, Nicolas Hulot, la navigatrice Maude Fontenoy, Patrick Blanc, le biologiste au cheveu vert aperçu dans certains numéro d'Ushuaïa, Jean Jouzel et Yvon Le Maho d'autres scientifiques.

Si je devais vous rapporter un morceau de ce débat, ce serait l'histoire que nous a raconté Nicolas : il visitait un champ de patate je ne sais où, mais il avait remarqué l'énorme installation mise en place pour irriguer le champ. Nicolas a demandé pourquoi le champ était irrigué alors que nous n'étions pas encore dans une situation de pénurie d'eau.

L'agriculteur lui a répondu qu'il pourrait très bien se passer de l'irrigation, seulement, sans irrigation, les patates poussent au grés des pluies. Lorsque la pluie tombe, cela stresse la patate et elle pousse par accoups. Cela donne une patate multi-formes que les consommateurs ne veulent pas acheter, préférant les patates uniformes. Voilà pourquoi ils doivent irriguer leur champ de patate.

Le pire dans tout cela, c'est qu'ils sont rémunérés par la commission européenne pour avoir irrigué leur champ de patates...

Ensuite nous nous sommes redirigés vers le parc du Château, et en attendant le début du spectacle à 19h, nous sommes allés voir quelques animaux, profitant de l'amassement des gens près du château (walibi, panda roux (qui n'est jamais sortis...snif)).

Walibi Walibi








Et pour finir, le spectacle a commencé, avec des lutins, des oiseaux, des hommes préhistoriques, des arbres qui saignent, des voltigeurs et des anges... Tout ceci avec un fond musical merveilleux joué par une violoniste remarquable : Zhang-zhang...

La troupe avec Zhang Zhang

A la fin du spectacle, un dernier mot de Nicolas pour remercier tous les artistes et le public présent, puis sur le chemin du retour, un affolement d'un troupeau d'une espèce de gazelles qui a traversé la foule a une vitesse foudroyante sous nos yeux ! Du spectacle jusqu'au bout !

Nicolas Hulot

Pour en revenir à Nicolas Hulot et Laurent Ballesta, ce qui m'a vraiment frappé, c'est leur simplicité et leur disponibilité. Et moi, nous, en tant que simples gens qui n'avons rien réalisés d'aussi extraordinaire qu'eux, on se trouve vraiment con quand on est a quelques mètres d'eux et qu'on n'ose pas les déranger, de peur de leur poser des questions trop banales ou ininteressantes... C'est rageant !

Enfin, si vous avez l'occasion d'y passer cette après midi... n'hésitez pas !